Les Moulins, une résidence de trafic ?

Les Moulins sont au centre des trafics. Entre vente de drogue et règlements de compte, les habitants comme les gens qui viennent travailler en ont marre. Le quartier des Moulins est-il uniquement ce lieu dangereux lié au trafic ?

Depuis 2010, le quartier des Moulins a connu de nombreuses rénovations comme la destruction des bâtiments les plus anciens qui ont d’ailleurs touché beaucoup d’habitants. La place des Yuccas a été détruite ce qui a laissé place à une nouvelle place « la Place des Amaryllis » où les « guetteurs » se mettent en place dès dix heures du matin pour surveiller l’arrivée de la police. La reconfiguration du quartier a-t-elle aggravé ou juste modifié les comportements et les habitudes des trafiquants de drogue locaux ? Et a-t-elle changé la vie quotidienne des habitants ?

Un sentiment nuancé

Une femme d’une cinquantaine d’années nous a autorisé à l’interroger. «J’habite au Moulins depuis plus de 50 ans, j’en ai ras le bol des rénovations, cela ne me convient pas, c’était mieux avant, c’était une famille. Maintenant c’est chacun pour soi. Et qu’il y ait des dealers ou pas ça ne me dérange pas, c’est leur problème. Avant, c’était fermé pour l’extérieur et ouvert pour l’intérieur. Maintenant c’est le contraire ».

Un homme d’une soixantaine d’années nous a gentiment répondu : « Je suis aux Moulins depuis 20 ans, j’ai bien aimé les nouvelles rénovations mais les dealers sont toujours là, ils sont de partout. Ça me dérange beaucoup, ça dérange tout le monde, il n’y a pas que moi. Tout le monde a un mauvais avis sur les dealers, c’est mauvais pour la santé, ils cassent tout, brûlent tout, c’est pas bien du tout. Ils vendent la mort au gens. »

Évidement le point de vue des principaux intéressés, les trafiquants, est très différent ; nous avons eu la possibilité d’en rencontrer : « Je suis devenu dealer car je n’avais pas de travail, ça a donc été facile de rentrer dans le trafic. Il n’y a pas de documents officiels ni de diplôme. De plus, on se sent moins seul, « on est tous dans la même galère ». Cela peut durer longtemps pour moi car il n’existe aucune alternative pour le moment. Même si la vente de stupéfiants était légalisée, je ne suis pas sûr de trouver un travail parce qu’il faudrait sûrement un diplôme pour travailler dans le magasin. Dans la vie quotidienne, on est des personnes normales. On traîne, on rigole, on profite quoi. Dans le trafic les nouveaux aménagements nous arrangeront peut-être pour de nouveaux clients. »

Un autre trafiquant nous livre son sentiment : « il n’y a ni solidarité, ni amitié, c’est la jungle ! Et bien sûr les nouvelles routes font que les policiers nous retrouvent plus rapidement ».

Médiation et répression main dans la main

Nous avons pu rencontrer le commandant Debono dans les locaux du Commissariat de police de l’avenue Simone Veil. Certes, selon lui, les équipes de police continuent d’appréhender beaucoup de dealers, mais cependant la circulation est plus facile grâce aux nouveaux aménagements : « la cité est plus ouverte alors qu’avant elle était un peu fermée sur elle même. Par an, pas mal de dealers sont attrapés. Les aménagements ont changé  les endroits où on allait généralement car c’est plus libre d’accès, donc on peut se permettre d’aller dans les endroits où on ne pouvait pas aller avant. » D’autre part on peut constater une très bonne coopération entre la police et les professionnel de la prévention. Ainsi le commandant nous a précisé qu’il travaillait très efficacement avec l’association ADAM qui s’occupe de la médiation et notamment avec des médiateurs de nuit.

Les aménagements n’ont pas vraiment changé grand chose à part le déplacement de certains territoires de trafic. Les actions de médiation et de répression restent quand même très présentes.

Nour, Nisrine, Jade

du Collège Jules romains

(Crédit Photo : Nisrine)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s